Sécurité

Solhan dans le cœur et l’esprit des Burkinabés

Des hommes armés ont attaqué la localité de Solhan située dans la province du Yagha à l’Est du Pays. c’est l’attaque la plus meurtrière enregistrée dans le pays depuis le début des violences djihadistes dans le pays

L’attaque terroriste revendiquée par L’Etat Islamique au Grand Sahara à Solhan dans le
nord-ouest du Burkina Faso qui a fait plus d’une centaine de morts a créé une inquiétude et
une consternation au sein de la population. Trois semaines après cette cruauté jamais
enregistrée depuis le début des attaques terroristes dans le pays en 2015, les révoltes
s’accentuent. Depuis l’attaque, une certaine tension monte dans la société et des milliers de
déplacés ont fui les zones de l’attaque. À Dori, et plus récemment à Kaya et Titao, dans le
nord, des milliers de personnes ont manifesté pour exprimer leur colère face à la
recrudescence de ces assauts et dénoncer l’inaction des autorités.

Face à cette situation, le Président de la république Roch Marc Christian Kaboré s’est
adressé pour la première fois depuis l’attaque de Solhan à la nation . Une adresse vivement
attendue au regard de l’enlisement de la situation sécuritaire et des manifestations à
l’échelle nationale prévues les 03 et 04 juillet par l’opposition et la société civile pour
dénoncer ces attaques et l’incapacité des autorités à pallier les défis sécuritaires qui étaient
à l’ordre du jour de la campagne présidentielle de 2020. Il a tenu à rassurer le peuple
burkinabé vis-à-vis des mesures idoines prises pour améliorer la réponse au terrorisme,
notamment en rétablissant la confiance dans le secteur de la sécurité, en élaborant une
nouvelle stratégie adaptée aux réalités du terrain et en améliorant la rapidité d’intervention
aérienne et terrestre des forces de défense et de sécurité. Il appelle à la retenue car le salut
doit résider dans l’unité et la cohésion tout en demandant aux manifestants de surseoir aux
rassemblements prévus dans le pays. Un discours déjà vu et entendu comme lors sorties
antérieures qui ne rassure pas l’opinion publique qui s’attendait plus à des mesures fortes et
concrètes que de mots suite à cette attaque. Cette situation est assez complexe dans un
pays où l’on retrouve plus d’un million de déplacés au sein même du territoire national et des
zones qui échappent au contrôle de l’Etat.

Bah TRAORE Legrand

Je suis journaliste indépendant et Blogueur. spécialiste en communication et des médias sociaux au Sahel, analyste politique et sécuritaire en Afrique de l’Ouest.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page