Sécurité

BURKINA FASO : Le président Kaboré à la rescousse de son régime

Le Burkina a connu en début du mois de juin l’attaque la plus meurtrière depuis le début des
violences terroristes. Des voix de l’opposition et de la société civile réclamaient des
démissions notamment celles du premier ministre et du ministre de la défense, jugés
incapables d’apporter une solution efficace à la montée des violences extrémistes. Des
manifestations dans certaines localités du pays avaient déjà eu lieu à Kaya et à Titao, où des
milliers de manifestants étaient sortis dans les rues pour crier leur ras-le-bol face à
l’insécurité. Une manifestation nationale est également en perspective pour les 03 et 04 juin.

L’adresse à la nation du 27 juin dernier du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré
n’aura pas suffi à calmer les ardeurs des citoyens. Malgré les décisions fortes annoncées et la
demande du président de surseoir aux manifestations nationales prévues ce weekend,
l’opposition et la société civile ont maintenu les rassemblements. Pour marquer le coup, le
mouvement Balai citoyen lance des poursuites judiciaires contre le gouvernement pour motif
de « non-assistance à personne en danger » suite à l’attaque terroriste de Solhan qui aurait fait
132 victimes selon l’état major général des armées. Une situation qui cristallise les attentions
et une sortie peu rassurante du président de la République.

C’est dans le contexte d’une insécurité grandissante et de la colère de la population qu’intervient un remaniement ministériel au Burkina Faso. Les ministres de la Défense et de la Sécurité sont limogés et le
président lui-même prend les rênes du portefeuille de la Défense , secondé par le Colonel Major Aimé Barthelemy Simporé nommé ministre délégué chargé de la Défense nationale, premier militaire ayant fait son entrée dans le gouvernement. Si Kaboré a toujours été réticent face à la nomination d’un militaire dans son administration, sa marge de manœuvre semble être réduite au vu de la situation sécuritaire du pays. Ce choix s’inscrit dans sa volonté d’insuffler une nouvelle dynamique dans son engagement face aux défis majeurs de la nation et de restructurer le commandement militaire pour une meilleure efficacité sur le terrain. Sur ces comptes Twitter et Facebook, il a déclaré que l’accompagnement et le soutien de l’ensemble des fils et filles du Burkina seront les ferments de ce nouvel exécutif, dans la construction d’une nation sécurisée de paix et de prospérité. Cette décision est un signal fort de la part du président de la République qui saisit l’aspiration majeure du peuple, l’insécurité. En prenant lui-même les rênes de la défense, ces changements pourraient permettre de réduire la tension sociale avant d’obtenir des résultats sur le terrain. Il pourrait être dangereux pour l’administration Kaboré de ne pas parvenir à inverser la tendance. Elle risquerait en effet
d’être sérieusement fragilisée, face à une pression de plus en plus présente de la part de l’opposition.

Bah TRAORE Legrand

Je suis journaliste indépendant et Blogueur. spécialiste en communication et des médias sociaux au Sahel, analyste politique et sécuritaire en Afrique de l’Ouest.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page